BEGAIEMENT

 

Votre enfant bégaie : ne culpabilisez pas !

 

Les parents ne sont pas responsables du bégaiement de leur enfant, il n’y a donc aucune raison de culpabiliser. Même si vous bégayez vous-même, vous n’avez pas à vous flageller : le bégaiement n’est pas fait par imitation. Ce qui est hérité, ce n’est pas le bégaiement mais une prédisposition neurologique à bégayer.

 

Vous n’êtes donc pas un mauvais père ou une mauvaise mère parce que votre enfant bégaie. Il y a très peu de « mauvais » parents et les démarches que vous faites pour vous documenter ou vous faire aider montrent que vous êtes un bon parent qui se préoccupe du bien-être de son enfant.

Charles Van Riper disait : « Tous les parents font des erreurs dans l’éducation de leurs enfants et celles que vous avez éventuellement faites ne sont pas pires que celles faites par des parents d’enfants qui ne bégaient pas. »

 

Je pense qu’il est essentiel que vous intégriez cela, non seulement pour vous mais aussi et surtout pour votre enfant. 

J’ai déjà parlé de l’importance de donner un modèle de parole plutôt que de donner des conseils qui peuvent passer pour des jugements. Mais vous savez bien que vous servez de modèle à votre enfant pour bien d’autres choses encore.

Les comportements, sentiments et attitudes des enfants sont influencés directement par ceux de ses parents. Il est donc tout aussi important de donner à son enfant un modèle d’attitude vis-à-vis du bégaiement. 

L’enfant qui bégaie peut en effet faire sien les sentiments de ses parents sur le bégaiement. Vous en doutez ? Ecoutez ce que dit le Dr. Peter Ramig, qui travaille au département des troubles de la parole et de la communication à l’Université du Colorado. 

Il conseille aux parents de se poser les questions suivantes

Est-ce que je me sens coupable du bégaiement de mon enfant ? 

Est-ce que je me sens responsable de ce bégaiement ? 

Est-ce que je ressens le bégaiement comme quelque chose de honteux, de gênant ou de mal ? 

Est-ce que je me fâche contre mon enfant parce qu’il bégaie ?

Je suis sûr que ces questions vont vous interpeller. Tant mieux. Comment votre enfant peut-il vivre positivement son bégaiement s’il ressent embarras ou culpabilité autour de lui ? Je ne dis pas que c’est facile pour vous car je sais combien la recherche de solutions peut-être un parcours du combattant pour les parents. Ma mère a recherché pour moi toutes les thérapies possibles. Elle était même allée jusqu’à m’emmener chez un magnétiseur, tant son impuissance était grande. Elle n’avait pourtant rien d’une illuminée et était plutôt rationnelle. Cela montre dans quel désarroi le bégaiement peut plonger les parents.

Votre amour n’est donc absolument pas en cause. Mais cet amour doit être utilisé pour dégager une énergie positive.

 

Comme le disait PapyVan Riper :

« Votre enfant a besoin de votre amour pas de votre culpabilité. »

Je concède que cette phrase est peut-être un peu dure à lire, mais elle est sans doute vraie. Pour que l’enfant accepte son bégaiement et le vive du mieux possible, il est essentiel que vous l’acceptiez vous-même.

Un certain nombre de personnes qui bégaient expriment la difficulté qu’ils ont à parler, même à l’âge adulte, de leur bégaiement avec leur famille. Et cette souffrance familiale et silencieuse est une charge beaucoup trop lourde à porter pour un enfant. Oui, des fois votre enfant bégaie. Il faut le reconnaître, être capable d’en parler, l’aider à accepter cette différence mais lui montrer aussi qu’il est une personne unique, avec ses qualités et sa richesse.

 Pour être en conformité avec la réglementation en vigueur relative à l’exercice illégal de la médecine prévue par l’article l.378 du code de la santé publique, je tiens à informer que je ne suis pas Médecin et ne prescris aucune ordonnance médicale.

Ce n'est pas un acte Médical, ni une méthode de substitution de la médecine officielle. Elle en est un  complément  et  possède l’avantage d'être compatible avec tout traitement médical. Ne  jamais  arrêter  un  traitement  médical  sans  l’accord  de  votre médecin.